À propos de mon premier « vrai roman » (suite 09)

This entry is part 10 of 18 in the series maitre-de-l-eau

À propos de mon premier « vrai roman » (suite 09)


Ainsi je te l’ai appris vendredi dernier et si tu lis cela samedi, c’est parce que j’ai dû m’absenter pour deux jours (je te prie de m’en excuser, mais tu sais bien qu’on ne fait pas toujours ce que l’on veut dans la vie courante ou tout du moins à propos de ce que l’on a prévu de faire !),  je viens te parler de ce que tu ne connais pas encore.

Je t’ai promis de t’en dire un peu plus au sujet du « sponsor » de Francis Colpo, alors parlons-en, sans trop en dévoiler, autrement tu n’achèteras jamais mon roman quand il sera terminé !

Il se nomme André Boulaur. Il est le P.D.G. de de la « Société Internationale des Eaux », la S.I.E, première société mondiale dans le domaine de l’eau et de sa distribution.

Il s’intéresse de près aux recherches de Colpo. Pourquoi ? Il a l’intuition que, au-delà de l’aspect purement scientifique des travaux de Colpo,  il existe des bénéfices que le chercheur n’a pas imaginés dont, en particulier, la possibilité d’influencer les pensées directement, sans en avoir l’air. C’est la raison principale qui explique qu’il va faire tout ce qui est en son pouvoir pour l’aider à faire aboutir ses recherches, notamment en mettant à sa disposition, comme je te l’ai expliqué, un lieu à la fois proche de Paris (siège social de la société, évidemment) et suffisamment éloigné de tout pour que Colpo puisse poursuivre ses recherches en toute tranquillité d’esprit.

Le premier problème que Colpo doit résoudre est celui des volontaires pour participer à l’expérience. Après des essais vains, il réussit à trouver une combine en s’appuyant sur ce qu’on appelle couramment « les nouvelles technologies », en fait Internet et les réseaux sociaux.

Je ne vais pas tout te dévoiler, j’en ai déjà assez dit.

Voyons maintenant Françoise Essey.

Elle était la femme du meilleur ami du journaliste Luc Lavignac, qui joue un rôle prépondérant dans cette histoire, tu t’en rendras compte. Le couple a eu un fils, Lucas, dont Luc est le parrain. Malheureusement, le mari de Françoise a été victime d’un accident de voiture dans lequel il est décédé. Luc, en tout bien tout honneur, a décidé de prendre Françoise et son fils sous son aile.

Cela implique beaucoup de choses et explique, notamment, pourquoi Luc va conduire une véritable enquête à propos de Colpo, de Boulaur et de la société S.I.E.

Je ne vais pas tout te dévoiler. Attends un peu pour lire plusieurs autres éléments, dans un article que j’intitulerai doctement de cette manière : « Comme promis à propos de mon premier « vrai roman » (suite 10) ». Suite logique, non ?

Guy

Series Navigation<< À propos de mon premier « vrai » roman (suite 08)À propos de mon premier « vrai roman » (suite 10) >>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *