Archives de catégorie : Au jour le jour

Fin de la semaine de la francophonie

Il y a des jours où, lors de certains échanges oraux ou écrits avec mes contemporains, je me pose la question de savoir s’ils ont « été aux écoles » comme disait ma grand-mère !

Et voilà que j’apprends une nouvelle qui me réchauffe le cœur :

Semaine de la francophonie en Louisiane : « Ici on parle français ! »

En Louisiane,  plus de 200.000 Louisianais parlent le français au quotidien. Il y a 100 ans, en 1921, le français était interdit dans les écoles alors que la majorité de la population ne parlait pas anglais. 

La langue française a donc failli disparaître, mais aujourd’hui, toute une génération se bat pour faire revivre et survivre leur héritage. Il y a environ 400 000 francophones dans l’État, soit 10 % de la population.

Elle est pas belle la vie ? Dommage que l’on soit obligé de faire appel à des pays disons « exotiques » alors qu’en France notre belle langue, celle de François Villon, de Baudelaire, de Verlaine mais aussi de Brassens, de Ferré et de Brel est si malmenée !

J’essaie de tenir ma promesse

Nous sommes le vendredi 19 mars 2021 et je profite du fait que ma petite femme soit partie chez nos fournisseurs officiels (des maraichers retraités)pour prendre des œufs, des radis et probablement de la salade pour venir ici. Ils ont des produits de première qualité.

Je vais continuer doucement à rédiger mon « DidogagàGuy », ça m’amuse !

Mais je continuerai aussi à écouter de la musique, comme je le fais toujours.

Ce matin, J. S. Bach et W. A. Mozart, suivis de J. J. Goldman et peut-être, tout à l’heure, un ballet (hier et avant-hier, je me suis régalé du spectacle, sur le grand écran de mon iMac (27 pouces) de deux ballets de Léo Delibes, Sylva et Coppèlia, interprétés par les ballets russes. Splendide !

Enfin du nouveau !

Tu as été prévenu(e) : je suis ici, sur mon blog, quand je peux ou si tu préfères lorsque j’en ai le loisir ou si tu choisis un autre vocable, plus proche de la réalité, quand j’en ai le temps.

Quel que soit ton choix, tu as dû remarquer qu’il y a longtemps que je ne suis pas venu ici : nous sommes le jeudi 18 mars 2021 et ma dernière intervention sur ce site remonte au 11 octobre 2019. Sans commentaire, comme me le disait un vieil ami !

Mais promis-juré, ça va changer.

« D’accord ! », comme en dit en France ou « O.K. ! » ainsi que l’assurent les descendants de l’analphabète qui a inventé cette expression sans le faire exprès ?

Bonne soirée et à la prochaine fois.

Guy

Je termine le cadeau de mon livre

Ainsi que je te l’ai dit (enfin écrit) il y a peu, j’ai terminé la version papier de mon ouvrage « Le « réchauffement climatique anthropique », la plus grosse arnaque du siècle et même du millénaire

Inconvénient : pour une bête raison de prix de revient, les illustrations sont en noir et blanc.

Or, dans mon texte, je fais allusion à des lignes bleu et rouge.

J’ai donc décidé de faire un cadeau utile à mes lecteurs, un fichier reprenant toutes les illustrations mais en couleurs.

Guy

Et si les journaleux revenaient à une vraie relativisation des infos ?

Ce matin, je regardais les informations télévisées (France 2) lorsque je me suis rendu compte soudainement d’une chose : les journaleux mettaient sur le même plan une manifestation inutile, soi-disant pour le climat comme si ce dernier avait un besoin impératif d’eux comme de la gamine suédoise et une manifestation de paysans.

Né et vivant en ville, je ne suis pas paysan mais je suppose que parmi mes ancêtres il y en a eu, comme chez tous les Français puisque la France a été (et est peut-être encore) le pays d’Europe à l’agriculture la plus riche et la plus diversifiée.

Ces journaleux sont probablement comme moi mais ils ont oublié, puisque l’information concernant la colère des paysans vient comme un épiphénomène quasi inutile alors que s’il n’y avait plus de paysans eux-mêmes ne mangeraient plus rien ou alors seulement des produits chimiques.

Pauvre France, comme le disait un vieille bonne sœur que j’ai connue juste avant de subir une appendicectomie à quatorze ans ! Mais à l’époque on respectait les paysans qui n’étaient pas obligés de se suicider comme ils le font aujourd’hui.

Guy

Bientôt, du nouveau

La première édition de « Le « réchauffement climatique anthropique », la plus grosse arnaque du siècle et même du millénaire » est en cours de fabrication.

Les illustrations sont en noir et blanc (pour une raison de coût d’impression).

Je cherche un moyen (et je le trouverai) de vous les montrer en couleurs.

À bientôt;

Guy

Voilà une remarque honnête à l’égard du « réchauffement climatique ».

L’iceberg « D28 » s’est détaché de l’est du continent entre le 24 et le 25 septembre. Malgré sa taille impressionnante, il s’agit d’un conséquence normale du cycle des calottes.01 oct. 10:59 – La rédaction de LCI

« C’est délicat à expliquer car on ne veut pas que les gens croient que le changement climatique n’existe pas. Mais cet événement n’est pas un signe de changement climatique », explique la glaciologue américaine Helen Amanda Fricker. Cet « événement » en question, c’est le détachement d’un iceberg exceptionnellement grand à l’est de l’Antarctique. Avec 1.582 km², soit 15 fois la superficie de Paris, et 210 mètres d’épaisseur, cet iceberg baptisé « D28 » contient selon la scientifique 315 milliards de tonnes de glaces.

« D28 » s’est détaché de la barrière de glace d’Amery, sur l’est de l’Antarctique, entre le 24 et le 25 septembre, selon les observations de deux satellites, l’un européen et l’autre de la Nasa. Le phénomène est normal et fait partie du cycle naturel des barrières de glace, qui sont le prolongement de la calotte glaciaire sur l’eau.

Guy

Enfin des nouvelles récentes !

Nous sommes le samedi 28 septembre 2019.

Je viens enfin te donner de mes nouvelles de puis la mi-avril. Au cours de toute la période pendant laquelle tu n’as eu aucune information à propos de ce que je faisais, je me suis disons « amusé » à rédiger l’ouvrage dont je t’ai parlé, intitulé «  Le « réchauffement climatique anthropique », la plus grosse arnaque du siècle et même du millénaire ».

L’affaire ne fut pas de tout repos : j’ai dû contrôler, vérifier, aller directement aux sources afin de pouvoir fournir un ouvrage irréprochable.

Il est sur Amazon, en version électronique et surtout en version papier.

Si un jour tu en prends connaissance, tu comprendras aisément pourquoi aussi bien les fameuses « marches du climat » que les interventions de la jeune Suédoise devant qui il convient de se prosterner sont inutiles, voire dangereuses. 

Tu te rendras surtout compte que cette affaire du climat est une fois de plus un simple prétexte à venir dérober ton argent dans tes poches et à te suggérer une obéissance totale à de nouveaux dogmes ainsi qu’à ceux qui se veulent « les maîtres du monde ».

Penses-y sérieusement : la réalité du « 1984 » de Georges Orwell est à nos portes, elle est déjà bien en marche.

Guy

Quoi de nouveau en ce mercredi 17 avril 2019 ?

Je ne vais pas vous rappeler l’incendie désastreux qui a ravagé Notre-Dame de Paris, monument symbolique, voire mythologique, aux yeux des habitants du monde entier, croyants ou incroyants.

Non, je veux ici exprimer mon indignation profonde, une fois de plus face à l’inculture journaleuse.

Ça a commencé le soir même de l’incendie, alors que la cathédrale la plus connue du monde était la proie des flammes.

Une journaleuse télévisuelle, sur LCI, a éructé tranquillement que « Notre Dame n’est pas un lieu religieux, mais [que] les catholiques continuent de se l’approprier ».

Ignare débile, rien que par ces mots tu trahis ton inculture crasse.

Figure toi que, pendant que tu te pavanes dans ton fauteuil, il y a au des centaines de milliers de gens, depuis le meilleur architecte jusqu’à l’obscur tâcheron, qui ont construit cette cathédrale, parce qu’ils avaient une foi inébranlable.

Personnellement, je suis agnostique, mais j’admire ! J’admire la performance de ces gueux qui ont peut-être été tes ancêtres comme ils ont été les miens et qui, avec un acharnement dont ils n’ont pas vu la récompense, ont construit ce que tu ne peux plus qu’admirer sur des images anciennes jusqu’à ce qu’elle soit reconstruite. Sais-tu pourquoi ? Parce qu’ils avaient la foi. Là, je ne peux que tirer mon chapeau… alors que toi tu continues à déblatérer des imbécilités.

Et après, tu as appris qu’il y avait cinq messes par jour ? Qu’on y faisait non seulement des ordinations, c’est-à-dire, comme visiblement il faut tout t’expliquer, que dans ce lieu on transforme un simple citoyen en vrai curé à l’issue d’une cérémonie particulière. Il y a même aussi des baptêmes, c’est-à-dire des cérémonies convertissant des petits païens en vrai chrétiens.

Que d’étonnement de ta part !

Mais le plus gros étonnement pour moi, ce fut lorsque tu as rebaptisé Monseigneur Aupetit en « Monseigneur Auprêtre ». Tu t’imagines rebaptiser Macron en « Macrouille » ? Tu vois le scandale ?

Et tu as terminé victorieusement cette série en t’interrogeant à haute voix « Mais le bourdon, en fait, il est accroché à une poutre en bois ? » Pas du tout, ou il a des ailes ou il lévite : incroyable, non ?

Grâce à toi, on touche le fond ! Et encore, je n’en suis pas sûr, parce que le fond de l’inculture abyssale des journaleux n’existe pas, c’est comme un véritable géosynclinal, tu sais, ces énormes fosses qui se remplissent peu à peu de sédiments et qui ont donné naissance à des montagnes lorsqu’ils se sont retournés comme des doigts de gant !