Encore deux nouvelles définitions pour le prix d’une, les 09

This entry is part 10 of 16 in the series dicogag-a-guy

Abat-son : contrairement à ce que l’on pourrait penser à première vue, il ne s’agit nullement de la célèbre chasse aux çons (l’orthographe du mot a évolué dans le temps puisqu’au départ il s’agissait de la chasse aux nocs – voir Patrimoine), parce qu’il n’y aurait alors plus de çons dans notre univers ou tout du moins sur notre bonne vieille terre. Or, ils se multiplient encore plus vite que les homosexuels, ce qui n’est pas peu dire.
Note bien que je n’ai rien contre les homosexuel(le)s, j’ai mêmes des amies et des amis qui le sont, mais j’ai toujours été étonné par le mystère de leur reproduction.
Depuis que, enfant, j’ai appris que la génération spontanée n’existait que dans l’imagination, je suis en émerveillement quasi mystique devant ce processus (voir ce mot) : mais comment font-ils donc ?
A propos de cette génération spontanée, je te rappelle qu’elle fit l’objet d’une controverse au moins aussi célèbre que celle de Valadolid, à l’Académie des Sciences, entre Louis Pasteur, le père de la vaccination et le célèbre inconnu Félix-Archimède Pouchet (entre nous, ça c’est un prénom !)

Du coup, je me vois contraint, voire absolument obligé, à te donner une autre définition, celle du mot « processus ».

Processus : phonétiquement, ce nom commun a une résonance certaine laissant penser qu’un nommé « Procès » suce quelque chose.
En fait, il ne s’agit pas du tout de cela, même si quelques esprits chagrins donneraient volontiers ce nom aux bouches féminines spécialistes de ce que les journalistes nomment traditionnellement « les soldats du feu », probablement pour cacher d’un voile pudique l’activité réelle des bouches en question.
Processus, grosso-modo, signifie « progrès » ; il désigne effectivement un ensemble d’opérations qui aboutissent à un résultat que je qualifierai, exprès pour toi et parce que c’est dans l’air du temps, de « final ».  Tu imagines si les communistes chantaient en levant le bras droit : « c’est la lutte processus » ?Je vois ça d’ici !
Ce mot a été créé à partir de la préposition latine « pro » qui signifie devant, à la place de, pour ; alors, par pitié, ne laissez pas les incultes détruire le latin !
Si je reviens au processus, tu imagines que les incultes dont je te parlais précédemment détruisent effectivement le latin ? Processus deviendrait cessus ; « c koi » me demanderait ma petite-fille qui a tendance à abuser du langage sms ?

Series Navigation<< Deux nouvelles définitions, les 08Deux nouvelles définitions liées, les 10 >>

2 réflexions au sujet de « Encore deux nouvelles définitions pour le prix d’une, les 09 »

  1. Salut, ô frère,
    Pas mal ton blog. Parfois un peu tendancieux, mais qui ne l’est as un jour ou l’autre?
    Alors, ton roman avance? C’est une bonne idée de le mettre en morceaux, en ligne.
    J’ai bien aimé la partie écossaise (j’allais dire écorçaise! foutue langue). Ce devait être passionnant.
    Allez, à plus star…
    Bises,
    Armand

    1. Bonsoir, Armand,
      C’est normal qu’il soit tendancieux, je l’ai fait pour (avec « Impressions »).
      Les Écossais ? Ils n’aiment pas les Anglais et c’est bien fait pour les rosbeefs.
      Le reste m’aide à me fixer dans ce que je veux faire. C’est une manière à moi d’avancer dans mon roman. Je viens de lire (relire, en fait) une partie de la célèbre « méthode Plotto ». Tu te souviens, avec feu Christian ? Je vais voir ce que je peux en tirer.
      Mon chemin est encore long : huit semaines ? Non ! Bien davantage !
      Vas-tu bien, autrement ? Tu te prépares à être coupé en deux ?
      Bises,
      Guy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *