Quelques réflexions à propos du 8e Festival de Loire

Quelques réflexions à propos du 8e Festival de Loire.

Je le sais mais ça vaut le coup d’être rappelé, Orléans étant une ville trop proche de Paris pour que les journaleux de la capitale y prêtent une grande attention : cette manifestation est le plus grand rassemblement européen de la marine fluviale. Et il s’agit de la Loire, seul fleuve dont l’eau est 100 % française et non, comme à Paris, la Seine, qui d’ailleurs, si l’on en juge par les débits, devait s’appeler l’Yonne dès la confluence avant la traversée de Paris et ce jusqu’à l’Océan !

Cette manifestation est maintenant biennale, donc il te faudra attendre 2009 pour sa 9e édition !
« Qu’on se le dise », ainsi que le claironnait à voix de stentor le vieux garde champêtre qui avait installé un tambour avec baguettes munies d’un mécanisme spécial (on aurait dit le moteur d’un moulin à café pas électrique) qui lui évitait de frapper la peau de son instrument, le tout sur le porte-bagages de son vélo, alors que je demeurais dans une rue au bout de laquelle était installé le commissariat de police (il y avait 8.000 habitants) dont personne ne se demandait si les armes qu’ils avaient à la ceinture étaient factices ou non. Heureuse époque où les gens se parlaient entre eux et pas par l’intermédiaire d’un smartphone pour contacte son voisin, où tout le monde dans la rue connaissait tout le monde, etc. !

Ma petite femme viens de m’apprendre qu’en fait il y a eu 750.000 visiteurs au lieu des 600.000 prévus. Il faut dire aussi que le temps s’y est admirablement prêté avec un soleil omniprésent. D’ailleurs, je crois que ce festival a toujours été béni de ce côté, je ne me souviens pas avoir senti la moindre goutte.

Seul inconvénient : se garer en voiture ! Le terme de galère, justifié par la présence de l’eau, l’est encore plus quand tu souhaites t’arrêter. Pour nous rendre chez notre second fils samedi après-midi, nous avons fait trois fois le tour du centre-ville pour finalement réussir à nous garer pas trop loin de chez lui. Une heure de patience, quand même. Ouf !

De plus, j’ai appris quelque chose que j’ignorais : Il existe un partenariat touristique, culturel et économique entre la ville chinoise de Yangzhou et celle d’Orléans. Dans ce cadre, Yangzhou a offert à  Orléans un bateau traditionnel et patrimonial. Regarde encore l’image ci-dessous. Joli, non ?

A une prochaine fois.

Guy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *