« Sacré Christophe » (partie 19)

This entry is part 21 of 28 in the series sacre-christophe

« Sacré Christophe » (partie 19)

Cristoforo jeunot – 005

En fait – et grâce à moi, amie lectrice, ami lecteur, vous l’apprenez pour la première fois depuis que l’humanité a une histoire – toutes les interprétations précédentes concernant la jeunesse de Cristoforo Colombo sont fausses.

Je vais vous le prouver.

Deux personnages de fiction détiennent, en réalité, la réponse à cette angoissante question : mais qui était au juste Cristoforo ?

Le premier est Superman. Vous savez qu’il a été placé dans une sorte de capsule par ses parents, afin d’échapper au triste sort qui menaçait leur planète. Arrivé sur notre bonne vieille terre, il avait été adopté par un vieux couple de paysans tout heureux de voir grandir ce fils qui leur était littéralement tombé du ciel.

Le second est David Vincent. Vous vous souvenez certainement de cet homme fatigué, aux yeux clignotants, perdu sur une route sans issue, qui a vu aux États-Unis, au volant de sa voiture et en version originale non sous-titrée, « The Invaders ».

Cristoforo est en fait un étonnant mélange de Superman, de David Vincent et d’un envahisseur.

Ainsi que je vous l’ai précédemment signalé, grâce à la puissance spirituelle de l’étroit faisceau concentrationnel cervical que j’ai utilisé dans ce but, j’ai réussi, lors d’une séance de spiritisme, à faire venir seul devant moi Cristoforo afin qu’il s’explique au sujet de ses diverses vies

Au cours de cet entretien, j’ai remarqué plusieurs choses qui m’ont paru bizarres. Je me dois de vous les exposer avant de vous expliquer quelle est la conclusion que j’en ai tirée.

La première chose, c’est que périodiquement un mot inconnu revenait à la surface de notre conversation. En tendant l’oreille de mon esprit
(note 54 – je vous rappelle que notre conversation était d’origine psychique !),
j’ai réussi à saisir un nom : « Amaire-Rique ».

Je me demandais de quoi il s’agissait lorsque soudain une image s’est imposée à mon cerveau : celle d’une lointaine planète inconnue dont s’éloignait un vaisseau spatial de ce nom contenant un berceau.

La seconde chose, c’est que tout en parlant mentalement avec Cristoforo je pouvais le détailler à loisir. De taille moyenne, il était vêtu comme le représente le portraitiste anonyme dont le tableau figure au musée naval de Madrid. Néanmoins, un détail de première importance me sauta aux yeux : il avait les petits doigts tout raides, signe indubitable qu’il avait envie d’envahir la terre. Je me demandai bien pourquoi faire.

La troisième chose, c’est qu’au moment où il sortait un mouchoir de sa poche pour se moucher, après s’être préalablement excusé de devoir interrompre pour un court instant notre communication, il fit tomber un petit objet que j’identifiai aussitôt : c’était une étoile de David surmontée d’un chandelier à sept branches, le tout taillé dans un bloc d’un métal inconnu.

J’ai eu aussitôt l’éclair de génie de la compréhension. Cristoforo l’a bien senti, qui a disparu peu après, laissant derrière lui une sorte de musique que l’on pourrait apparenter à celle, célèbre, qui fit identifier le feuilleton dont je vous entretenais ci-dessus dans le monde entier : en fait, il avait été envoyé sur terre, tel un David Vincent de l’ailleurs, pour sauver les Juifs du triste destin qui leur était imposé en Espagne. Effectivement, 1492 marque non seulement la date de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, mais aussi celle de la fin de la célèbre « Reconquista ». Et tout collait à merveille.
Un exemple : si vous prenez la Bible et que vous lisiez la description du « char de Yahvé » telle que la réalise Ezéchiel, vous vous apercevrez sans difficulté qu’il s’agissait bien déjà de vaisseaux extraterrestres en forme de soucoupes que ce brave homme assimilait à des roues !

En réalité, Cristoforo Colombo était un extraterrestre. Tout concorde, absolument tout.

Tenez :

1 – nul ne peut dire avec certitude ni quand ni où il est né. Soit, il n’est pas le seul à l’époque, mais enfin cela laisse un arrière-goût troublant.
Cristoforo est né à bord d’un vaisseau spatial, « l’Amaire-Rique », de la
septième génération des Joz-hué, ceux-là même qui ont fait s’écrouler les murs de Jéricho tandis que sept prêtres portant sept trompes soufflaient dedans en faisant sept fois le tour de la ville au septième jour du siège
(note 55 – ce que notre plus grand poète épique hélas ainsi que l’appelait un envieux, alors qu’il se nommait tout bonnement Victor Hugo, a résumé par cette formule lapidaire : « A la septième fois les murailles tombèrent ») ;

2 – il est très difficile de savoir exactement ce qu’il a fait entre le moment où il est né et celui où, en 1492, il est parti pour découvrir l’Amérique… qu’il connaissait fort bien depuis longtemps. Pourquoi ne sait-on pas ce qu’il a fait ? Je vous en livre la raison EN EXCLUSIVITE MONDIALE : Cristoforo a dû se glisser dans la peau de plusieurs personnes avant de pouvoir adopter une figure quasi définitive.
Ce faisant, il agissait comme les « Invaders » nommés ci-dessus : il s’emparait de l’apparence physique d’un personnage, s’enfouissait dans les méandres de son esprit et utilisait tous les sens de celui dont il occupait le cerveau pour se pénétrer du mode de vie courant à l’époque. Ainsi, il siégea successivement dans les corps d’un jeune mousse devenu l’ami d’un « tonneau », d’un jeune tisserand migrateur amoureux des femmes, d’un apprenti corsaire, enfin d’un jeune trafiquant à la moralité douteuse. Pourquoi, direz-vous, n’a-t-on jamais retrouvé les corps de ces jeunes gens qui ont bien disparu un jour, lorsque Cristoforo a quitté son enveloppe charnelle pour se glisser dans une autre ?

C’est très simple et l’explication en est logique.

Vous rappelez vous précisément des « Invaders » (ou « Envahisseurs », comme on a su le traduire judicieusement dans la langue de Villon, de Rabelais et de Molière, ainsi que de Baudelaire, Verlaine, Brel et Brassens) ? Souvenez-vous : à chaque fois qu’un homme venu de l’espace mourait, son enveloppe corporelle se désintégrait avec lui. Vraisemblablement, les scénaristes de cette série ont dû avoir la visite de quelques envoyés de la civilisation de Cristoforo, mais ils n’ont pas tout compris : en réalité, l’enveloppe charnelle disparaissait, mais l’esprit de Cristoforo s’emparait d’une autre enveloppe exactement comme Horace Pinker dans « Shoker », le film de Wes Craven, sorti en 1989.
Ce fait explique tout : à partir du moment où Cristoforo s’est glissé sous sa forme spirituelle dans la peau du personnage adulte qui a découvert l’Amérique – plus exactement qui a cru le faire – sa mission était quasiment terminée. Elle ne le fut que lors de son quatrième voyage, quand il toucha réellement le continent américain.
Voilà pourquoi, l’esprit de Cristoforo étant reparti pour sa planète d’origine, le pauvre hère est mort dans une misère quasi absolue. Mais n’anticipons pas !

3 – la mission de Cristoforo n’était pas du tout de découvrir l’Amérique. Il la connaissait très bien puisqu’il la voyait tous les matins, depuis la fenêtre de la cabine de son vaisseau spatial, alors qu’il se rasait en sifflotant un air qui ressemblait furieusement à une musique devenue célèbre, qui indiquait le début d’une série télévisée américaine dont le rôle principal était tenu par un acteur du nom de Roy Thines.
Il devait aider les Juifs à échapper à la terrible Inquisition, qui les massacrait les uns après les autres sous prétexte de les convertir
(note 56 – avez-vous d’ailleurs remarqué à quel point, lorsqu’un groupe de personnes est certain de détenir une vérité quelconque, il tente de l’imposer par la force imbécile, quitte à massacrer tous ceux qui ne partagent pas son opinion, au lieu de le faire par l’intelligence de son propos ? Les exemples ne manquent pas, malheureusement, dans l’histoire de l’humanité. On en trouve même encore actuellement.
Cette remarque m’a conduit à conclure :

a – que seuls les crétins prétendent qu’il y a des leçons à tirer de l’histoire (et bien entendu les hommes politiques ; à vous de savoir dans quelle catégorie vous les rangez). S’il y en avait, pourquoi de tels massacres existeraient-ils encore aujourd’hui ?
b – qu’il est normal que les sectes qui éclosent un peu partout aient beaucoup de succès : en dehors de tout ce qu’elles sont censées apporter à ceux qui cherchent un idéal, elles ne prétendent pas imposer leurs arguments par la force, tout du moins en apparence, mais par la raison. En réalité, elles se servent de techniques qui s’apparentent à la fois au « lavage de cerveau » et au « bourrage de crâne » ;
c – que Jean-Marie Arouet dit Voltaire avait certainement raison d’envoyer les gens s’occuper en urgence de la culture de leur propre jardin. Il est bien plus intéressant de regarder pousser une petite plante que de voir agir les hommes, en tous cas certains et particulièrement ceux qui prétendent (au nom de quoi, je vous demande un peu !) régir la vie des autres ;
d – que bien peu de gens ont compris que Georges Brassens avait lui aussi raison lorsqu’il chantait qu’il était idiot de mourir pour des idées, parce que lorsqu’on sait la valeur réelle des idées que l’on vous envoie défendre sous prétexte que vous êtes obligé de le faire puisque vous vivez dans un pays dit libre, il y a effectivement de quoi se poser des questions ;
e – qu’un philosophe ami des bêtes a également bien eu raison de prétendre que « plus il connaissait les hommes, plus il aimait son chien  », pensée reprise par Monsieur Alain Delon, acteur-producteur-réalisateur de cinéma, si j’en crois les quelques interviews que j’ai lues de lui. J’ai eu un chien, un seul ; je n’en veux pas d’autre. Il était le seul chien de ma connaissance qui n’ait jamais aboyé ni après un facteur ni après un gendarme. Peut-être estimait-il, en son for intérieur de chien, que contrairement à ce qu’on dit un uniforme n’a jamais donné de prestige à quiconque, mais je ne connais pas le langage chien. Alors… A propos de Monsieur Alain Delon, une petite remarque : j’ai eu jadis un vieux professeur de philosophie qui s’acharnait à apprendre à des gens qui comme moi étaient absolument passionnés par cette discipline (pour tout vous dire j’ai fait Mathématiques Elémentaires, ce qui correspond à peu près aujourd’hui, si j’ai bien compris, au Bac C), que l’on pouvait se permettre d’écrire « Blaise Pascal » car il était mort depuis fort longtemps mais que l’on devait écrire « Monsieur Jean-Paul Sartre » qui à l’époque était encore en vie. Si aujourd’hui je peux écrire « Jean-Paul Sartre », je n’écrirai jamais autre chose que « Monsieur Alain Delon » tant qu’il sera vivant. Certains journalistes de la presse écrite ou parlée devraient à mon avis faire cet effort qui à la vérité coûte peu… et fait tellement plaisir aux gens !).

(à suivre)

Series Navigation<< « Sacré Christophe » (partie 18)« Sacré Christophe » (partie 20) >>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *