Archives

Deux nouvelles définitions liées, les 10

This entry is part 11 of 16 in the series dicogag-a-guy

Deux nouvelles définitions liées, les 10

A : c’est, paraît-il, la première lettre de l’alphabet utilisé en France.

Lorsque j’étais petit, ma mère chantait – presque aussi faux que moi aujourd’hui – une chanson prétendument bourguignonne qui disait :

« A(h) que l’envie me démange
D’aller en vendange, d’aller en vendan-an-ge
Et de grappilloner
De grappilloner dans mon p’tit chapeau percé »

J’ai alors compris qu’en fait le A était une variété de vin. La suite me donne raison.

Abiotique : au sens propre (j’adore aussi cette expression, parce qu’on ne m’a jamais appris ce qu’était un sens sale. Un sens interdit, oui, mais un sens sale, non !), le mot biotique, qui provient, comme nombre de mots français, du latin bioticus. Ce mot  signifie « ce qui est en rapport avec la vie ou les êtres vivants d’une manière générale ».
Vous pourriez donc en conclure que « abiotique » a un rapport avec la mort ? Ce n’est pas du tout ça.
Souvenez-vous : le A est une variété de vin.
Un A biotique, ce n’est rien d’autre que du vin qui, rapidement, vous fait un tel effet que vous vous trouvez ivre-mort, voire tout à fait mort si vous insistez lourdement sur la quantité à ingurgiter.

Une définition très importante.

This entry is part 12 of 16 in the series dicogag-a-guy

Inutile : il y en a beaucoup. Selon moi, il y en a même de plus en plus.

Tiens, prenons un exemple d’inutile-type, l’homme politique (voir ce mot).

Le mec (la nana, ne soyons pas sexiste) se prétend utile pour gérer la France à la place des Français, sous couvert de démocratie représentative. Moi, je ne crois pas pour au moins trois raisons :

1 – l’homme politique n’en a « rien à secouer » de la France, comme disait si aimablement un météore femelle premier ministre. La seule chose qui l’intéresse, c’est sa réélection et donc son portefeuille (même s’il n’est pas ministre) ;

2 – je n’ai jamais entendu un homme politique déclarer exactement ce que moi je pensais à propos d’un problème. J’en déduis qu’aucun homme politique n’est capable de parler à ma place. Si donc aucun n’est capable de parler à ma place, je ne vois pas au nom de quoi il me représenterait. Balançons gaiement aux orties la démocratie représentative et remplaçons là par la démocratie directe ;

3 – tu vas dire par Internet c’est simple : les spécialistes qui font les lois (parce que ne
t’ inquiète pas ce ne sont pas les abrutis qui siègent dans les assemblées ou sur les fauteuils des ministères qui font les lois, il y en a même quelques-uns dont on peut se demander s’ils savent lire et écrire) préparent un texte ; tu prends ton micro-ordinateur, tu te branches sur Internet, tu tapes ton code, admettons ton numéro de sécurité sociale ou un autre spécifique et tu tapes ensuite O pour oui et N pour non, par exemple. Et ça marche, c’est comme ça que ça fonctionne pour la SACD mais aussi pour plein d’autres organismes

Et ça, c’est de la vraie démocratie, à condition que le système soit bien sécurisé. Il n’y a qu’à demander à des hackers, au lieu de les mettre en prison !

Guy

Une nouvelle définition

This entry is part 13 of 16 in the series dicogag-a-guy

Une nouvelle définition

Sobriquet : voilà bien un mot qui prête à confusion(s).
Car enfin, je vous demande un peu :
– avez vous déjà vu un sceau briqué ? Un pont, si vous avez fait votre service militaire dans la marine, peut-être, mais un sceau ? Même Charlemagne (Carolus Magnus en latin, Charles Le Grand en Français, à ne pas confondre avec le grand Charles dit de Gaulle) avait un sceau mais pas briqué du tout ; il était plus usé que briqué ;
– avez-vous déjà vu un sot briqué ? D’accord, il existe bien des sots entouré de briques, par exemple dans les hôpitaux psychiatriques, mais un sot constitué de briques ? Ils ont comme tous les êtres humains, faits de chair et de sang. Tu vas dire que parfois on parle d’un sot friqué, mais c’est autre chose : c’est par exemple l’héritier américain très fortuné qui, paraît-il, s’est envoyé en l’air avec la bru de la reine d’Angleterre. avant qu’un accident malheureux les raye définitivement de la liste des vivants !

Guy

Quelques définitions de mots commençant par A

This entry is part 14 of 16 in the series dicogag-a-guy

Abbesse : quelques-unes furent de fieffées salopes, permettez à un grand admirateur de François Villon et de Georges Brassens de vous le rappeler. Peut-être est-ce dû à une constitution physique particulière du mot qui désigne leur fonction : ne dit-on pas :
« Abbesse ton slip ?».

Aboucher : joindre bout à bout. Ce verbe provient du nom commun bouche.
Si l’on réfléchit bien, il désigne parfaitement la respiration artificielle.

Abstème : c’est un malheureux qui ne risque pas de se trouver un jour dans les vignes du Seigneur, bien que les voies en soient impénétrables. En effet, il est obligatoirement membre d’une ligue antialcoolique, plus précisément anti-vinique

Abus : le A est une variété de vin, qui rend mauvais quand on en boit trop.
Un vieux proverbe précise même « Qui a bu aboiera ! »

Accoler : c’est l’action qui précède le fait d’aboucher

Accoupler : c’est une variété de A que l’on met entre deux refrains.
Elle est généralement de sexe féminin puisque les refrains sont masculins

Accroche-coeur : sorte de Don Juan qui séduit les femmes par les cheveux

Acquêt : il s’agit de tout bien acheté par une femme et un mari ensemble, alors qu’ils sont mariés.
Quand l’un des deux décède, le survivant (qui est le plus souvent la survivante, puisque les femmes semblent avoir une plus grande capacité de résistance à la mort que les hommes, probablement parce que cette dernière est de sexe féminin et qu’il y a moins d’homosexuelles que d’hétérosexuelles) est parfois obligé, en raison de la diminution de ses revenus, de faire la manche à la sortie des églises, afin de pouvoir subsister. On dit alors « L’acquêt quête ».
Il semble que ce mot ait connu une certaine fortune au début du XXe siècle, très précisément depuis que Sigmund Freud (1856-1929), psychiatre autrichien, ait prétendu, probablement en raison des possibilités d’héritage, que « C’est l’acquêt quête qui mène le monde »

Quelques autres définitions de mots commençant par A

This entry is part 15 of 16 in the series dicogag-a-guy

Quelques autres définitions de mots commençant par A

Adultérin : c’est le symptôme numéro 1 de l’adultère.
Si l’on se réfère à la classification généralement admise par le cinéma (Rambo I, II, III, Freddy I, II, II, IV, Terminator I, II, etc.) il devrait exister des «adultèredeux», «adultèretrois», «adultèrequatre», etc..
Plus généralement, se dit d’un enfant qu’on se fait faire «dans le dos», signe d’une remarquable souplesse et d’une indubitable myopie, ainsi que d’une curieuse conformation ! On dirait l’Histoire !

Aéromètre : sorte d’instrument capable de dispenser les bienfaits de l’air pur des montagnes sur une distance de un mètre.
Un aérohectomètre est actuellement en construction dans le cadre des recherches du Centre National d’Etudes Aérospatiales. Il avait été envisagé un aérokilomètre, mais le budget de base était trop important pour l’ensemble des Français réunis (l’assemblée des Français réunis s’appelle les contribuables – voir ce mot). Peut-être les choses seront-elles différentes lors de la construction réelle de l’Europe scientifique.

Aérosol : appareil utilisé dans les hôpitaux pour permettre aux malades couchés dans des lits très bas de respirer sans craindre les odeurs des pieds de leurs visiteurs.

Affaire : se dit de tout ce qui touche aux inutiles.
Exemple : affaires politiques
Est parfois passible d’une lourde condamnation, l’amnistie (voir ce mot).

Affin : c’est un adjectif souvent employé comme nom, généralement précédé de «qui». S’utilise pratiquement surtout dans les pays du Tiers Monde.

Affranchi : se dit d’une lettre qui prend son envol vers la liberté.

Agame : s’utilise à propos des champignons qui font de la musique

Agape : repas alpin

Age : on a dit beaucoup de folies à son propos.
Si les physiologistes distinguent l’enfance, l’adolescence, l’âge mûr et la vieillesse, il est pourtant plus facile et au moins aussi scientifique de distinguer l’âge ingrat, jusqu’aux alentours de 14 ans, de l’âge ingrat double, après 28 ans, la portion de temps comprise entre 14 et 28 ans constituant l’âge ité.

Agriculture : c’est une forme de culture de l’esprit particulièrement nourrissante.
A bien y réfléchir, elle est la seule forme aussi nourrissante. Selon Jean-Marie Arouet dit Voltaire, ce serait l’unique activité philosophique réellement utile si l’on en croit ce qu’il fait dire à Candide.

Aimant : homme de fer, mais très attirant.

Ajut : se dit d’un nœud particulièrement riche en sauce (ah la littérature porno !)

Albite (même chose que ci-dessus) : comme son nom l’indique, désigne le siège de la douleur.
Exemple : j’ai mal…

Alcool : substance liquide qui, bien qu’utilisée le plus souvent en France, porte un nom originaire d’Arabie.
Ce simple fait tendrait à prouver que toutes les légendes concernant le Coran et les obligations musulmanes sont fausses. Une autre preuve est fournie par le fait qu’aujourd’hui encore, on dit, à propos d’un homme qui a plusieurs femmes sans être marié avec aucune d’entre elles, qu’il vit «alcool».

Alène : l’important, c’est de l’avoir bonne.

Alépine : ne s’emploie que lorsque plusieurs hommes sont présents dans une même pièce dans une tenue légère, par exemple lors des défunts conseils de révision.

Alèse (ou alèze ou alaize) : s’emploie uniquement au début d’une expression dont le second terme est « et décontracté ».
Désigne parfois un fantôme, individu recouvert d’un drap, versé dans l’humour urologique.

Alevin : nom masculin employé exclusivement lors du troisième jeudi du mois de novembre, au moment de la dégustation du Beaujolais nouveau.
Sinon, s’accompagne toujours d’un ou plusieurs adjectifs, comme « petit » et « blanc », par exemple.

Alexandrin : chacun sait qu’il s’agit d’un vers de douze syllabes, employé pour la première fois au XIIe siècle dans « Le Roman d’Alexandre ».
Dans ce domaine, une syllabe s’appelle un pied. Cela prouve à l’évidence que la poésie a des racines bien terre à terre.
Rappelons que l’un de nos plus grands poètes épiques, Hector Vigo, a particulièrement utilisé l’alexandrin. Au cours des nombreuses recherches que j’ai effectuées pour cet ouvrage, j’ai retrouvé ce poème inédit et terriblement prophétique :
Ce siècle avait douze ans, dieu devenait icône,
Déjà « the big Léon » perçait sous gros Zitrone,
Et du grand ridicule, déjà, par maint endroit,
Le front du gros vantard perçait le masque étroit
la suite était illisible ; dommage, on aurait cru Nostradamus !

Aliment : se dit d’un musulman prénommé Ali qui présente le défaut de ne jamais dire la vérité, comme recommandé dans le Coran.

Alléger : se dit de la variété de vin A qui possède cette qualité.

Allégresse : encouragement à ceux qui veulent à toute force prendre du poids.

Allié : se rapporte souvent aux politiciens. Ne dit-on pas, par exemple : « fou allié » ?

Altesse : titre grotesque dont certains journalistes prétentieux affublent de soi-disant héritiers de soi-disant rois alors qu’une révolution a été faite en France, en 1789, au nom de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité … et surtout au nom de Michel de Montaigne (1533-1592) qui s’écriait que « Sur le plus beau trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul ! »
Si on veut être poli, il suffit d’utiliser « Monsieur » ou « Madame », selon le sexe.

Amant : catégorie spéciale d’homme qui est tellement passionné par la chose qu’il en arrive à nier la vérité pour elle.

Ame : qualité particulière, selon le poète, d’un objet inanimé.

Ami : ça, c’est un mot qui me plaît.
D’abord pour une raison très simple : à l’évidence, nul ne choisit sa famille, mais a le pouvoir de choisir ses amis.
Choisir ses amis, c’est bien vite dit ; en fait, on se choisit mutuellement. C’est pourquoi, pour moi, un ami peut faire ce qu’il veut chez moi. Je me moque complètement de ses opinions politiques, de sa profession, bref de ce qu’il fait ou qu’il dit ; la seule chose qui m’intéresse, c’est ce qu’il est. Et il est d’abord et avant tout mon ami, c’est-à-dire quelqu’un que je défendrai bec et ongles s’il le fallait.
Un ami, c’est le seul mec que j’autorise à me dire en face que j’ai triché en jouant aux cartes (je n’y joue jamais, mais si j’y jouais ça serait ça) ; un ami, c’est le gars que j’appelle au téléphone et à qui je demande s’il peut quelque chose pour moi, qui me réponds aussi sec : « OK ». Notez bien qu’un ami, c’est aussi quelqu’un qui me téléphone en me demandant de venir pour l’aider et je lui réponds immédiatement : « J’arrive ». Et ça n’est pas qu’une vue de l’esprit, j’ai des amis qui peuvent en témoigner !
Je vous ferai bien la liste de mes amies et amis, mais outre que ce serait long, je ne voudrais pas que vous les embêtiez en les appelant de ma part. Aussi m’en abstiendrai-je !

Amidon : c’est le cadeau que fait régulièrement une relation collante.

(à suivre)

Guy

Encore quelques autres définitions de mots commençant par A

This entry is part 16 of 16 in the series dicogag-a-guy

Encore quelques autres définitions de mots commençant par A

ABANDONNIQUE : cet adjectif (c’est aussi un nom) s’utilise à propos d’un sujet (attention, ni   un verbe ni un complément), généralement un enfant, qui vit dans la crainte d’être abandonné, sans qu’il existe obligatoirement des raisons objectives pour justifier cette crainte.
Ça n’a rien à voir avec un homme dont le nom serait abandon et qui passerait sa vie à faire des choses aux femmes.

ABÎME : c’était un mot très célèbre, jadis, à l’époque où les enfants faisaient de vraies dictées, bien connu depuis qu’on s’est rendu compte que le chapeau de la cime était tombé dans l’abîme

ABOIEMENT : c’est le cri du chien ; on utilise aussi ce mot, le plus souvent au pluriel, pour désigner des paroles violentes.
Personnellement, je pense qu’un certain Aboi est un bluffeur professionnel.

ABRACADABRANT : selon des sources officielles, ce mot signifie extraordinaire, incohérent., extravagant. Lorsque j’ai entendu M. Chirac utiliser l’expression « abracadabrantesque »,  je me suis dit que j’avais lu ce mot quelque part.
J’adore me lancer des défis de ce type.
J’ai gagné : c’est Arthur Rimbaud, poète (vous savez, « Le dormeur du Val », « Voyelles », etc.), qui a utilisé le premier, semble-t-il, l’adjectif « abracadabrantesque », dans son poème « Le cœur supplicié », composé en mai 1871 et qui est connu sous trois titres différents, « Le Cœur supplicié » (13 mai 1871) , « Le Cœur du pitre » (10 juin 1871) et « Le Cœur volé » (7 juin 1886), version la plus souvent retenue.

ABRÉGER : ce verbe signifie « rendre bref ».
Rendre bref, c’est aussi raccourcir.
Un exemple : l’invention du docteur Joseph Ignace Guillotin est, en quelque sorte, un abrégé, une abréviation de la hauteur d’une femme ou d’un homme.

ACCORDÉON  : instrument de musique qui, avec la baguette de pain, le béret et le vin rouge, ainsi que quelques autres éléments, a fait la réputation de la France.
Cette réputation n’est pas usurpée : un certain Charles de Beaumont, dit le chevalier d’Éon (1728-1810), a, en accord avec lui-même, été tantôt femme tantôt homme (il sera autopsié après mort où un découvrira qu’il était bien un homme), condamné par Louis XVI, le roi abrégé (voir ci-dessus) à porter des vêtements féminins pendant les trente dernières années de sa vie. Ça n’a pas allongé pour autant la durée de  l’espérance de vie du monarque !